Veilleconstruction.be

Pierre naturelle et traitement de l’eau de piscine : un tout indissociable

Le nombre de piscines privées installées en Belgique ne cesse de croître, notamment en raison des étés particulièrement chauds que nous connaissons ces dernières années. Le choix des matériaux se porte de plus en plus sur la pierre naturelle pour sa durabilité et son esthétique. Il est toutefois utile de choisir celle-ci en fonction du traitement de l’eau prévu, et ce principalement dans les zones successivement submergées puis séchées. 

Le choix du matériau

La gamme de pierres naturelles est vaste tant par ses couleurs que par la nature des matériaux : calcaire, granit, quartzite, marbre, schiste ou encore gneiss (voir classification de la NIT 228). Elle a l’avantage d’être disponible sous des textures et des formats divers.

La pierre choisie doit être conforme aux exigences liées à son application. Ainsi, il faut que sa résistance au gel convienne à la zone d’emploi et que son épaisseur soit adaptée au format des carreaux, surtout si ceux-ci sont placés sur plots.

Il est en outre recommandé d’opter pour des finitions antidérapantes aux endroits qui risquent d’être humides.

Il est également conseillé d’éviter les couleurs très foncées dans un environnement extérieur dans la mesure où elles absorbent davantage la chaleur. La pierre peut alors très facilement atteindre des températures comprises entre 50 et 60 °C. C’est notamment le cas de certains schistes et basaltes.

Enfin, il convient évidemment de bannir les pierres connues pour leur sensibilité à l’humidité, comme l’Azul Cascais ou la Cenia ou au tachage, comme la pierre de Valanges.

Consulter l'article. 

 

Suivez notre magazine Flipboard

Rapports de veille