Index de l'article

Circuit Eco-matériaux - Greenov

Beauvechain_grangeUne ancienne grange à Beauvechain à aménager en maison d’habitation : c’est le projet de Claire Van Crombrugghe, architecte, pour sa petite famille. Une volumétrie simple, un espace intérieur fabuleux, ... mais tout était à faire. Commencés depuis 5 ans, les travaux sont réalisés pour moitié par entreprise, pour l’autre moitié en auto-construction. Claire et son mari se sont donnés 10 ans pour finaliser leur projet tout en occupant les lieux.

L’isolation thermique

Beauvechain_doublage_mur_exterieurPour respecter la typologie du village, ils ont opté pour une isolation par l’intérieur : une boîte dans la boîte.

Tous les murs ont été doublés par une ossature bois. La maçonnerie existante est devenue parement.

L’ossature se compose d’une volige sur chant posée verticalement avec, côté mur, un panneau de fibre de bois sans colle compressé (DWD) qui joue le rôle de contreventement et de fond de caisson en vue de la projection sous pression de 20 cm d'ouate de cellulose et, côté intérieur, une membrane avec latte, contre-latte et plaque de fibre-gypse (Fermacell). Ce système constructif a permis de corriger les aplombs des murs, l’espace entre la cloison et le mur de brique extérieur varie suivant leur rectitude.

Beauvechain_menuiseries_exterieuresLes châssis sont déportés vers l’extérieur. C’est un choix technique car les propriétaires ont réalisés eux-mêmes les ouvertures de baie. En déportant les châssis, le ragréage de la maçonnerie existante s’est limité à une épaisseur de brique. Le périmètre intérieur est isolé avec du liège dans l’optique d’y appliquer directement une finition en l’argile, un choix qui a évolué en cours de projet. Pour redresser les ébrasements et savoir réaliser une continuité thermique, le liège a été recouvert de plaques qui sont enduites d’argile. C’est plus l’aspect esthétique  qui a été finalement recherché que l’aspect régulateur hygrométrique.  

Toute la toiture a été remplacée à l’exception des fermes de charpente qui resteront apparentes. La toiture est rehaussée pour l’isoler, également par insufflation d’ouate de cellulose, mais pas trop afin d’éviter les disproportions.

Pour une question de budget et de temps, la dalle de sol en béton de la grange n’a pas été démolie. Par conséquent, leur choix se porte sur du polyuréthane afin d’optimiser les performances des 9 cm d’épaisseur disponibles pour l’isolation. Un gros compromis par rapport à leur démarche d’éco-bâtisseurs.