Veilleconstruction.be

Tour Incity Lyon - Compétences et technicité pour une intervention de haute voltige

La vidéo circule. Elle n’est pas récente : 2015. Pourtant, elle fascine toujours autant. La pose du mât de la tour Incity à Lyon par héliportage est un travail d’orfèvre.

Les 39 étages de la tour sont surmontés d’un mât, ce qui lui permet d’atteindre les 200 mètres de hauteur.

Le mât

Les éléments métalliques constituant ce mât de 50 mètres reposent au sol. La vidéo montre la pose des deux derniers, soulevés un à un par hélicoptère et amenés en haut de la tour pour être assemblés. Remarquez la synchronisation entre le travail des hommes au sol et du pilote, puis du pilote et des hommes au sommet. Sur les premiers mètres, la difficulté du travail est accentuée par l’encombrement spatial. Aucun balan, levage et transport sont parfaits. La dépose est précise et attentive. Il ne s’agit pas de coincer la main ou le bras d‘un de ceux qui réceptionnent la pièce.

 

 

Cette vidéo a transité par notre messagerie. Evidemment, nous avons marqué l’arrêt et fait quelques recherches avant de publier. Voilà pourquoi il y a un deuxième volet à l'article sur les problématiques urbaines de l'effet Venturi et l'îlot de chaleur. Il est en effet surprement de constater qu’un bâtiment considéré comme une référence environnementale puisse être la source d’effets secondaires aussi indésirables comme le rapporte la presse locale.

La tour

Incity-Tour-Lyon-by-Angel-LouridoLa tour Incity s’inscrit dans le paysage lyonnais comme une « silhouette élancée, élégante » diront certains, d’autres l’appelleront plus prosaïquement  « la gomme », dans la tradition bien ancrée de surnommer les gratte-ciel selon leur forme.

C’est aussi le plus haut immeuble de la ville, un gratte-ciel presqu’à échelle humaine comparé aux 828 mètres du Burj Khalifa à Dubaï. Commencé en 2013, le chantier se termine fin 2015 et la tour sera officiellement inaugurée le 11 mai 2016

Elle a été réalisée par Bouygues Bâtiment Sud-Est qui la présente comme « Une référence dans la construction et l’exploitation durable ». Elle est en effet labellisée :

  • BBC - Bâtiment Basse Consommation
  • HQE - Haute Qualité Environnementale
  • BREEAM (niveau excellent) - Building Research Establishment Environmental Assessment Method.

Sa consommation énergétique est plus de 5 fois moindre que celle d’immeubles considérés comme d’ancienne génération. Construite dans un centre d’affaires, elle est dédiée au tertiaire. Les espaces de travail ont été soigneusement pensés en termes de flexibilité et de confort.

Autour

Pourtant et malgré cet excellent pédigré, la construction n’en serait pas moins source de quelques désordres urbanistique et  climatique : effet Venturi et îlot de chaleur, des problématiques urbaines récurrentes et bien connues.

Effet Venturi

Florent Deligia (Lyon Capitale) fait état du problème en décembre 2019. Lorsque le vent est violent en ville, il l’est encore plus au pied de la tour : « Piétons et cyclistes ont du mal à avancer. ».

L’implantation du bâtiment a créé un couloir dans l’environnement bâti La circulation de l’air accélère sous l’effet du rétrécissement. Autrement dit, lorsque le vent s’y engouffre, sa vitesse augmente. Le phénomène, du nom du physicien italien Giovanni Battista Venturi, a été démontré par des études en laboratoire de dynamique des fluides. Il peut être utilisé volontairement pour créer une aspiration dans un fluide (eau, air, …) mais, ici, son effet est involontaire et problématique, également source de sifflements bruyants. Si cette particularité peut être rencontrée au détour d’une simple ruelle, les hautes tours ont tendance à lui offrir un terrain très favorable.

  • La vigilance dans les schémas organisateurs du territoire est donc de mise pour les urbanistes.
  • Des modélisations  de la circulation des masses d’air (dés la conception d’un bâtiment) permettraient de révéler un potentiel problème et d'en modifier l'implantation ou la volumétrie.

La SPL Part-Dieu à Lyon, en charge de l’aménagement du quartier, dit être attentive à la question.

Anecdotiquement, il n’y a pas que l’effet Venturi. Rappelez-vous cet immeuble londonien dont la façade concave concentrait le rayonnement solaire jusqu’à brûler la carrosserie d’une Jaguar garée dans la rue.

Ilot de chaleur

Dans le même article, le journaliste fait état d’un micro-climat particulièrement inconfortable et de la souffrance de la végétation.

La température dans les villes est supérieure à celle des campagnes environnantes parce que la ville accumule la chaleur, jusque, parfois, à en devenir invivable localement. La canicule de l’été passé l’a bien montré.

La recherche et la réflexion urbanistique apportent leur lot de solutions : eau, plantation, couleur des surfaces, distance, … Encore faut-il (pouvoir) les mettre en œuvre. La stratégie touche à la fois l’aménagement du territoire et le climat. Peut-être sera-t-il plus facile (ou rapide) d’intervenir sur le premier que le second, surtout si le réchauffement climatique et les désordres qui y sont liés s’accélèrent.

Ici, les arbres sensés apporter une zone fraîcheur en période estivale ont juste bien du mal de survivre.

 

 Nous n’avons pas la prétention d’en tirer des conclusions, juste de proposer deux sujets de réflexion.

  • Le développement des techniques est-il un facteur d’amélioration du cadre de vie ?
  • Quelle est la portée d’un label ?

 

 

Sources :
- « Tour Incity », fr.wikipedia.org
- « Une référence dans la construction et l’exploitation durable », www.bouygues-construction.com
- « Tour Incity à Lyon », août 2016, www.archistorm.com
- « Vent violent à Lyon : la surprenante vidéo devant la Tour Incity », Florent Deligia, 20/12/2019, www.lyoncapitale.fr
- « Canicule : les nouveaux arbres de la Confluence souffrent de la chaleur », 27/05/2019, www.lyonmag.com
- « Effet Venturi », fr.wikipedia.org
- « Îlot de chaleur urbain », fr.wikipedia.org
- « Tour Incity à Lyon : une nouvelle vitre tombe », Romane Guigue, 18/01/2019, www.lyoncapitale.fr
Source des photos utilisées à titre d’illustration :
- introduction : « Tour Incity, Tour de la Part-Dieu et Tour Oxygène, Lyon », Chabe01 (travail personnel), 28/12/2017, Creative Commons Attribution-Share Alike 4.0 International licence, commons.wikimedia.org – montage avec image vectorielle de GraphicMama-team, CC0 Public Domain - Libre pour usage commercial - Pas d'attribution requise, pixabay.com
- corps : « Incity Tour Lyon », Angel Lourido (travail personnel), 24/01/2016, Creative Commons Attribution-Share Alike 4.0 International licence, commons.wikimedia.org
Leur utilisation n'engage en rien les auteurs sur un soutien ou un entérinement éventuel du contenu de l'article.

 

Suivez notre magazine Flipboard

Rapports de veille

Loading ...