Imprimer
Affichages : 196

Après l’inondation d’un bâtiment, une fois l’eau, la boue et les déchets évacués, la question du séchage des murs et des planchers se pose très rapidement. Le chauffage et la ventilation jouent à ce titre un rôle crucial, que ce soit pour l’évacuation de l’humidité ou le confort des occupants.

CSTC-eau-dans-chaufferieOutre des dégâts apparents, l’inondation d’un bâtiment peut causer de nombreux dégâts cachés à une installation de chauffage central à eau chaude. Avant de remettre l’installation en service, il est donc indispensable de vérifier celle-ci de manière approfondie. Dans la majorité des cas, un entretien effectué par un technicien professionnel et quelques réparations s’avèrent nécessaires. Lorsque les dégâts sont plus importants, un remplacement partiel ou total du système pourrait être requis.

Le présent article n’a pas pour but d’indiquer comment effectuer la remise en service ou les réparations, mais plutôt d’aider à déceler les dégâts cachés et de transmettre des consignes de bonne pratique. Un tableau récapitulatif des points à inspecter figure en fin d’article.

Examen de la situation

Avant toute chose, il convient de procéder à une évaluation globale de la situation et déterminer les éléments de l’installation qui ont été touchés par l’inondation. Pour ce faire, il faut examiner tous les éléments situés tant à l’intérieur du bâtiment (chaudière, circulateur, ...) qu’à l’extérieur de celui-ci (citerne de propane, citerne à mazout, ...) :

Il faut également évaluer l’état de vétusté de l’installation avant l’inondation : s’agit-il d’une installation neuve performante ou d’une installation très ancienne dont le rendement laissait déjà à désirer ?

Tous ces éléments sont à considérer dans leur ensemble pour envisager les actions à entreprendre.

Consulter l’article.

 

 

Source de la photo d'introduction utilisée à titre d’illustration : pixabay.com (CC0 Public Domain - Libre pour usage commercial - Pas d'attribution requise). Son utilisation n'engage en rien l'auteur sur un soutien ou un entérinement éventuel du contenu de l'article.