Imprimer
Affichages : 357

Si faciliter la mobilité est l’une des missions premières des ponts, il n’est pas rare que des fonctions additionnelles, insolites ou non, viennent s’y greffer.

Nous allons le découvrir dans cet article. Qu’elles soient en lien avec le patrimoine, les loisirs, le biotope ou encore des traditions païennes, elles ont toujours de quoi nous surprendre. 

Un pont musée

ou pont torsade ... ou pont tordu.

The Twist a été dessiné par l’architecte danois Bjarke Ingels et son bureau d’architecture BIG (pour Bjarke Ingels Group).

Construit en Norvège au-dessus du fleuve Randselv, il abrite des expositions temporaires.

Au-delà du parcours muséal, il est lui-même l’une des œuvres d’art du Kistefos Museum et de son parc de sculptures, le plus grand de l’Europe du Nord. Il doit sa forme à une spectaculaire torsion à 90° du volume, au milieu du vide. Les courbes développent des espaces spécifiques tant à l’horizontal que verticalement et ouvrent sur une vue panoramique. Le décalage successif de leur revêtement extérieur en aluminium est reproduit à l’intérieur avec un lambris de sapin peint en blanc.

 

 

Un pont belge

Le Limbourg est connu comme terre d’accueil du cyclotourisme. Un enthousiasme entretenu par la fédération du tourisme limbourgeois à travers plus de 2000 km de parcours balisés et des expériences insolites.

La dernière en date, ouverte en juin 2019 après un an de travaux, propose de « Pédaler dans les arbres », une expérience de 360° à 10 mètres hauteur. Certains diront peut-être que c’est un pont à la belge. Rions ensemble. Voilà qui fait du bien par ces temps moroses. C’est en effet une piste cyclable aérienne plutôt qu’un pont mais l’idée est originale. Elle a été plusieurs fois primée, nous l’avons embarquée dans cette lecture.

Toerism-Limburg-passerelle-velo-dans-les-arbres-vue-aerienne

Le projet de BuroLandschap et De Gregorio & Partners s’est classé premier des Dezeen Awards 2020 dans la catégorie « Projet d’infrastructure ».

Les concepteurs ont fait appel au BIM via le logiciel Vectorworks, un choix en adéquation parfaite avec les collaborations plurielles autour du projet.

L'ouvrage a été construit dans le domaine de Bosland, une zone forestière prédestinée aux loisirs. Il se compose de deux cercles de 100 m de diamètre. L’un forme les rampes d’accès, l’autre le parcours dans les frondaisons, pour une longueur totale de piste de 700 m sur 3 m de largeur. La partie aérienne est supportée par 449 colonnes d’acier corten qui s’insèrent entre les arbres jusqu’à se confondre avec eux, une structure à la fois mimétique et et symbolique.

Toerism-Limburg-passerelle-velo-dans-les-arbres

Les arbres abattus pour laisser la place à la piste ont été réutilisés sous forme de rondins pour construire un refuge original destiné aux visiteurs.

Vous n’avez pas de vélo ? No stress ! Louez-en un. A l'ère du smartphone, il serait dommage de se priver de services en ligne (www.fietsparadijslimburg.be) ... ou notez que l’attraction est aussi accessible aux promeneurs et c’est gratuit.

 

Les concepteurs sont toujours autant séduits par l’aspect ludique du cercle pour les piétons et les cyclistes. Pour le trafic automobile, c’est plus rare. Il existe un pont circulaire en Uruguay qui traverse la lagune de Garzón. Les deux sens de circulation se séparent pour former un cercle parfait. L’architecte du projet, Rafael Viñoly, l’a voulu ainsi pour une raison autre que le divertissement : ralentir la vitesse au profit des usagers faibles et garantir une circulation conviviale pour tous qu’ils soient au volant d’un véhicule, cyclistes ou piétons. Ce pont à poutres est fait d'acier et de béton. Sa construction a duré un peu plus d’un an, de septembre 2014 à décembre 2015.

 

Autre lieu, autre projet. A Chengdu (Chine), une passerelle rouge, le « Loop of Wisdom », ondule dans le paysage en un cercle de 698 m de circonférence. Cette ambitieuse « Boucle de sagesse » abrite sous ses ondes deux bâtiments. Elle est réservée à un usage piétonnier. Son revêtement caoutchouté la rend praticable pour la course. Elle a été conçue par le studio d'architecture international Powerhouse Company dont le siège principal est à Rotterdam.

Au contraire des deux autres projets, les commentaires sous l’article de Tom Ravenscroft pour Dezeen montrent que les avis de certains lecteurs sont très mitigés. A vous de juger.

 

Un éco-pont

Voici un pont construit pour la faune afin qu’elle puisse traverser en toute sécurité au-dessus d’une voirie. Sa présence est essentielle pour la préservation d'une continuité écologique.

La taille et l’aménagement varient en fonction de l’importance de la voirie et des animaux ciblés : chevreuil, sanglier, … jusqu’à écureuil.

Une autre option est le passage des animaux, en souterrain, sous la voirie mais ce n'est plus un pont !

L’étude étant complexe et les paramètres nombreux, le Cerema (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement - France) a publié un guide méthodologique avec des retours d’expérience pour aider les maîtres d’ouvrage concernés à définir au mieux leur projet : « Permettre à la faune de franchir les infrastructures linéaires de transport - Exemples de requalifications d'infrastructures ».

 

Un pont brûlant

Retour à l'art avec « Burning bridges » ... Lisez-le au premier degré. L’existence de ce pont fut éphémère.

S’il est de tradition de brûler le bonhomme hiver ou simplement faire un grand feu, l’artiste russe Nikolay Polissky en transcende l’usage à Nikola-Lenivets, petit village où il a créé un parc artistique de 650 ha. Véritable terrain d'expérimentation, il y accueille touristes et festivals.

Un objet d’art symbolique est choisi, chaque année, pour cet embrasement festif. Son thème varie au fil de l’actualité. Un concours a été organisé pour sélectionner l’oeuvre du printemps 2020. Pont de bois et de fagots au-dessus d’une rivière invisible, le projet de KATARSIS ab, un cabinet d'architecture de Saint-Pétersbourg, s’est imposé pour le grand sacrifice mythologique. Dans une expérience immersive à la fois personnelle et collective, les spectateurs apportent leur contribution au spectacle. Ils commencent par s’y promener nonchalamment avant, le soir venu, d’alimenter l’ardeur des flammes.

Symbole d’un changement irréversible, l’ouvrage est d’importance s’étendant sur 70 m de longueur. Il se compose de rampes qui s’élancent vers deux tours portiques, massives de 16 m de large sur 20 de haut, séparées par une courte plateforme. Une pièce de théâtre y a même été jouée.

Ne serait-ce pas là du gaspillage ? Telle n’était pas la volonté des artistes. C’est même une action qui se veut prophylactique et environnementale, La structure a été réalisée avec du bois infesté de scolytes, une opportunité ludique de s’en débarrasser et de nettoyer les forêts du coin. Le remplissage a été réalisé principalement avec des déchets de construction et du foin.

Prêt pour le spectacle ?

 

Mais encore ...

Impossible de clôturer cet épisode dans parler des ponts habités. Construire des logements - commerces sur les ponts est une coutume qui s’est développée au Moyen-Age. Tous n’ont pas eu la chance de traverser le temps. Deux exemplaires sont arrivés jusqu’à nous pour le plus grand bonheur des touristes. Ils sont italiens et bien connus : le Ponte Vecchio (Florence - 1335-45 - photo ci-dessous) et, plus tard, le Pont du Rialto (Venise - 1588-91).

photos-Ponte-Vecchio-Florence-by-arnaud25-exterieur-interieur

L’idée de vivre sur un pont séduit toujours aujourd'hui. Les architectes transforment l'idée en projets, que ce soit en rénovation ou en construction neuve.

En rénovation, architectura a publié un article sur « D’anciennes maisons pontières transformées en chambres d’hôtel » à Amsterdam.

Des architectes, qui adorent libérer leur créativité et pousser les concepts à l’extrême, fusionnent maison et pont. Une petite recherche sur le net vous montrera de nombreuses photos de réalisations aux formes et ossatures diverses au dessus d’une ravine, d’une rivière, … Les structures varient : bois, métal, béton, ... ou une combinaison. En voici quelques exemples.

 

 

 

 

 

 ... A suivre ...

 

Ne manquez pas les épisodes précédents :

 

Mais aussi :

- Les robots de MX3D impriment le pont 3D !
- La passerelle de Tintagel fait encore parler d’elle !
- Des nouvelles de la passerelle de Tintagel
- L’homme est-il une chauve-souris ?
- Les passerelles … un autre regard sur le paysage !

 

Sources :
- « The Twist, un pont tordu conçu par Bjarke Ingels », Michel Charlier, 25/09/2019, architectura.be
- « Cycling Through Trees by BuroLandschap and De Gregorio & Partners for Visit Limburg », www.dezeen.com
- « Pédaler dans les Arbres à Bosland », www.visitlimburg.be
- « Pont de la lagune Garzón », fr.wikipedia.org
- « Powerhouse Company tops reception building with undulating Loop of Wisdom walking trail », Tom Ravenscroft, 19/10/2020, www.dezeen.com 
- « Drôme : grâce à ce pont, les écureuils peuvent traverser la route en toute sécurité », Mégane Bouron, 25/11/2020, positivr.fr
- « Continuités écologiques : un guide technique du Cerema sur les infrastructures de transport », Laurent Radisson, 05/02/2020, www.actu-environnement.com
- « Burning Bridges Installation / KATARSIS ab », Paula Pintos, www.archdaily.com
- « Ponte Vecchio », fr.wikipedia.org
- « Pont du Rialto », fr.wikipedia.org
Source des illustrations (leur utilisation n'engage en rien les auteurs sur un soutien ou un entérinement éventuel du contenu de l'article) :
→ introduction (illustration prétexte) : pixabay.com (CC0 Public Domain - Libre pour usage commercial - Pas d'attribution requise)
→ Pédaler dans les Arbres à Bosland : © Toerisme Limburg / visitlimburg.be avec leur aimable autorisation
→ Ponte Vecchio :
- « Ponte Vecchio (vu depuis l’Est) », Arnaud 25 (travail personnel), 22/08/2013, Creative Commons Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 (non transposée), commons.wikimedia.org
- « Ponte Vecchio shop », Arnaud 25 (travail personnel), 22/08/2013, Creative Commons Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 (non transposée), commons.wikimedia.org