Imprimer
Affichages : 153

C’est un fait : l’humidité dégrade les performances thermiques des isolants. Certains matériaux mis en œuvre dans un environnement humide sont très peu concernés par cette altération. En revanche, d’autres le sont bien plus, même sans entrer directement en contact avec de l’eau. Quel est dès lors l’impact réel de l’humidité ambiante ? Est-il déjà pris en compte dans le calcul des performances énergétiques ? 

CSTC-evaluation-humidite-relative-dans-toiture-compacteSelon leur nature, les isolants réagissent très différemment à l’humidité ambiante. Par exemple, les matériaux dits hygroscopiques – majoritairement d’origine naturelle (fibres de bois, ouate de cellulose, laine de chanvre, paille, …) – ont la capacité d’absorber la vapeur d’eau présente dans l’air et peuvent donc s’humidifier sans contact direct avec de l’eau. Or, si cette propriété peut avoir des effets positifs sur le confort, elle est susceptible de réduire les performances thermiques du matériau.

Pour tenir compte de cette réduction, certaines normes et réglementations proposent des méthodes de calcul ainsi que des valeurs tabulées pour les matériaux les plus courants (*). Ainsi, la conductivité thermique d’un isolant thermique doit être évaluée lorsque celui-ci est à l’équilibre avec une température ambiante de 23 °C et un taux d’humidité relative de l’air à 50 %. Bien que ces conditions soient représentatives des conditions moyennes rencontrées dans des locaux d’habitation normalement ventilés et chauffés, les recherches réalisées dans le cadre de l’étude prénormative Hygrimpact et du projet DO-IT HOUTBOUW ont révélé que ce n’était pas toujours le cas au sein de certaines parois. En effet, le taux d’humidité relative observé dans des parois dites à risque est souvent supérieur à 50 % en période de chauffe.

 

Consulter l'article.

 

 

Source de la photo d'introduction utilisée à titre d’illustration : pixabay.com (CC0 Public Domain - Libre pour usage commercial - Pas d'attribution requise). Son utilisation n'engage en rien l'auteur sur un soutien ou un entérinement éventuel du contenu de l'article.