Veilleconstruction.be

Vous êtes ici : Accueil // Législations - réglementations // L’amiante, un risque encore trop souvent sous-estimé

L’amiante, un risque encore trop souvent sous-estimé

bande-annonce-evenement-amiante-16-mai-2019-gemblou

Aujourd’hui, force est de constater que beaucoup d’entreprises ne mesurent pas encore les risques encourus lors de la manipulation de l’amiante ou de matériaux amiantés. Outre les désamianteurs professionnels et certains couvreurs, les professionnels de la construction en général ne maitrisent pas les mesures relatives à la protection de leur santé. Pourtant, les publications et campagnes d’information sur le sujet ne manquent pas. 

Le cadre règlementaire lié aux interventions sur les diverses formes d’amiante n’est malheureusement pas toujours respecté. Le Service Public Fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale est tenu de faire respecter les termes mentionnés dans les arrêtés royaux qui régissent les travaux d’enlèvement d’amiante et la sécurité des travailleurs. Leurs missions de conseil et de contrôle lors de visites de chantier de désamiantage sont primordiales à la qualité du travail mené. D’autres structures professionnelles accompagnent les ouvriers et employeurs du secteur de la construction en proposant les balises pour les guider lors de leurs interventions sur amiante ou sur matériaux qui pourraient en contenir.

Du point de vue des techniques de traitement de l’amiante, celles-ci évoluent mais peu d’intervenants disposent de cette information. Le timing de chantier et le budget alloué aux activités de désamiantage et de traitement simple conditionnent encore trop souvent les mesures de protection tout en encourageant de dangereuses dérives. Pourtant, pour l’ouvrier désamianteur, pour le concepteur ou le conseiller en prévention, ces outils évoluent sans cesse. Qu’elles soient utilisées en Belgique ou dans les pays limitrophes, ces initiatives doivent être valorisées pour influencer le futur de l’activité de désamiantage dans un souci permanent de sécurité du travailleur et de son environnement. En voici quelques exemples :

  • Une application sur smartphone qui permet actuellement de détecter la présence d’amiante pour le particulier et le professionnel.
  • Un système utilisé en France qui permet le nettoyage des toitures en fibrociment et le traitement des eaux de nettoyage par unité de filtration mobile.
  • Un procédé de désamiantage des outils électroportatifs par cryogénisation, ne limitant plus ces appareils à un usage exclusif en zones hermétiquement fermées.
  • Une évolution du moniteur de pression en zone dont les mesures sont consultables en temps réel sur tous supports numériques en lien direct avec le cloud (smartphone, PC, tablette, …).
  • Plusieurs plateformes informatiques permettant, de manière combinée, d’établir un diagnostic amiante de consigner les résultats sur plans et enfin, de les intégrer sur la plateforme BIM en vue de la réalisation de travaux de modification, d’entretien et de maintenance.

Pour compléter ces informations, celles-ci seront présentées/complétées lors d’un Evènement Amiante, organisé par le Centre IFAPME de Gembloux ce 16 mai 2019. La participation est gratuite mais l’inscription obligatoire. Pour plus d’informations : http://www.formatpme.be/evenement_amiante.html

Un prochain article sera rédigé sur le déroulement de cet évènement, restez connectés…

 

 

Source de la photo utilisée à titre d’illustration : pixabay.com (CC0 Public Domain - Libre pour usage commercial - Pas d'attribution requise). Son utilisation n'engage en rien l'auteur sur un soutien ou un entérinement éventuel du contenu de l'article.

 

Actualités

Suivez notre magazine Flipboard

Rapports de veille