Après le chèque-repas, l'éco-chèque !

Dès cette année, l'employeur pourra octroyer à chaque salarié des éco-chèques pour un montant maximal de 125 euros, destinés à l'achat de produits et de services écologiques. En 2010, ce montant passera à 250 euros par employé. Les chèques constituent un avantage social et sont donc exempts de cotisations sociales.

La mesure trouve son origine dans le récent accord interprofessionnel. Son octroi peut être prévu par convention collective sectorielle ou d'entreprise ou, en l'absence de délégation syndicale, par une convention individuelle avec le travailleur.

L'éco-chèque permet l'achat de produits et services à caractère écologique, énumérés limitativement dans une convention collective de travail conclue au sein du Conseil national du travail. Figurent notamment dans la liste : l'acquisition de matériaux d'isolation, de lampes économiques, le suivi de cours d'éco-conduite.

D'une valeur faciale ne pouvant excéder 10 euros, l'éco-chèque, délivré au nom du travailleur, demeure valable 24 mois à dater de son émission. Les éco-chèques ne peuvent être échangés partiellement ou totalement en espèces. Le commerçant ou prestataire de service n'est donc pas tenu de rendre la monnaie.

Par cette mesure, les partenaires sociaux ont voulu non seulement sauvegarder le pouvoir d'achat des travailleurs mais encore favoriser une sensibilisation en matière environnementale.

Article paru le 12/02/2009 sur le site de Newbizz (http://www.newbizz.be)